Aller au contenu

Prévisions hydrologiques et hydrauliques

À la suite des crues exceptionnelles de juillet 1996 dans les régions du Saguenay–Lac-Saint-Jean, de la Capitale-Nationale, de la Mauricie et de la Côte-Nord, le Centre d'expertise hydrique du Québec (CEHQ) a entrepris le développement et l’exploitation d’un système de prévision du niveau et du débit de certains cours d’eau du Québec méridional. Ce système vise notamment les cours d’eau de certains bassins versants où des barrages sont exploités par le CEHQ, ainsi que ceux du système hydrique de l’archipel de Montréal. À la suite des inondations de la rivière Richelieu en 2011, le CEHQ a reçu le mandat d’étendre progressivement ce système de prévision aux stations hydrométriques du Québec méridional qui ne sont pas influencées par l’opération des barrages.

Les prévisions hydrologiques ont pour objectif de permettre une planification plus éclairée des interventions, tant pour des situations de crue ou d’étiage que dans des conditions hydrologiques plus courantes. Pour la gestion des barrages publics, les prévisions permettent d’adapter l’opération des barrages face aux aléas climatologiques et hydrologiques, dans le but de respecter les plans de gestion. Pour les rivières non influencées par les barrages, les prévisions permettent de formuler des avis ou de diffuser des alertes de sécurité civile avec un certain temps d’anticipation, ce qui permet une prise en charge plus rapide et efficace des interventions sur le terrain.


Agrandir la carte

Pour effectuer des prévisions, le CEHQ utilise des données météorologiques (DSEE) et hydrométriques (CEHQ) recueillies sur le terrain, des prévisions météorologiques (Environnement Canada) et des modèles mathématiques. Ainsi, le modèle hydrologique HYDROTEL (Institut National de la Recherche Scientifique) est utilisé pour estimer les apports en eau et leurs débits futurs, en se basant sur les observations récentes en matière de débit, de niveau, de neige, de quantité de précipitations et de température, ainsi que sur les prévisions relatives aux quantités de pluie et aux températures.

Les sites de prévisions sont sélectionnés en fonction des besoins de surveillance du CEHQ, du Ministère de la Sécurité Publique, de l’historique disponible et de la qualité de modélisation possible à la station.

En règle générale, la mise à jour des prévisions est effectuée en avant-midi, lorsque la situation le justifie, par une équipe de prévisionnistes opérationnels. La prévision ne tient donc pas compte des changements survenant en fin de journée ou entre deux jours expertisés. Lorsqu’il n’y a pas d’enjeux, la mise à jour est généralement effectuée le premier et le dernier jour ouvrable de la semaine. Les prévisions ne tiennent pas compte de la présence possible de glace pouvant causer des embâcles ou du refoulement; de ce fait, il est possible que le débit observé récent diverge de la prévision au moment de la diffusion.

Pour les prévisions aux stations non influencées, il est à noter que les prévisions ne sont affichées que pendant 72 heures. Ainsi, en l’absence de mises à jours, une prévision émise le vendredi à 10 h ne serra plus affichée à partir du lundi à 10 h.

Des marges d'incertitude sont évaluées et diffusées avec la prévision. Ces marges d'incertitude correspondent à un intervalle de confiance de 50 %. Ceci implique que la prévision devrait se situer à l'intérieur des marges une fois sur deux en moyenne. Ces incertitudes découlent de l’utilisation d’un modèle élaboré à partir de l’historique prévisionnel du CEHQ sur dix rivières naturelles. Toutefois, l'évaluation des incertitudes a aussi des limitations. Elles doivent donc être utilisées à titre indicatif seulement.

Les débits sortants des différents barrages sont établis par les gestionnaires de barrages du CEHQ en fonction des diverses contraintes des plans de gestion des barrages. Des modèles hydrauliques déterminent les fluctuations des débits et des niveaux des cours d'eau correspondant aux apports prévus ou aux débits sortants des barrages.

Dans chacun des tableaux résumant les prévisions, on trouve d’abord une observation récente qui peut être de type débit ou niveau d’eau pour l’heure indiquée. Dans le cas des barrages, le débit prévu est nommé « apport ». Il faut noter que les apports d’eau aux lacs et aux réservoirs ne sont pas observables directement et sont estimés par des calculs de bilan hydrique notamment basés sur les observations récentes de débits et de niveaux d’eau. On trouve ensuite quatre prévisions valides pour les intervalles de temps indiqués.

Pour tout commentaire, vous pouvez écrire à cehq@mddelcc.gouv.qc.ca


Conditions d'utilisation

Les données de prévision sont la propriété du gouvernement du Québec, qui en détient les droits exclusifs de propriété intellectuelle. Elles sont fournies « telles quelles » sans aucune garantie ou condition.

Le MDDELCC ne fait aucune déclaration et ne donne aucune garantie quant à l'exactitude, à la disponibilité, à l'accessibilité, à la qualité et à la fiabilité des données de prévision communiquées ni quant aux résultats qui peuvent être obtenus par l'usage de ces données.

En aucune circonstance, le MDDELCC, ses employés, ses représentants ou ses mandataires ne pourront être tenus responsables des dommages directs, indirects, accessoires ou consécutifs, des dommages-intérêts spéciaux ou des pertes qui résultent de l'utilisation des données de prévision ou de l'impossibilité de les utiliser, directement ou indirectement.





Barre de navigation
Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2003